18 janv. 2016

D’Île en Île

Hello la compagnie. 
Ça fait un sacré bail dis donc ; j'espère que vous êtes encore là. 
Permettez-moi tout d'abord de vous souhaiter une merveilleuse année 2016. 
Qu'elle soit empreinte d'amour, de réussite et encore d'amour tiens ; par les temps qui courent, il n'y en aura jamais trop. 

***

Aujourd'hui, je vais vous parler de mon escapade martiniquaise à la fin de l'année 2015. 
Au saut du lit, j'adore contempler le lever du soleil quand je suis là-bas
Vous le savez sans doute déjà, je suis originaire de là-bas. Et lorsque l'Association Culture et Loisirs des Jeunes du Marigot m'a proposé un projet autour de la couture, je ne pouvais décemment pas refuser. L'idée était d'insuffler une certaine dynamique autour de la couture, par le biais d'ateliers, de défilé, pour mieux introduire le futur chantier d'insertion par la couture de l'association. En effet, cette dernière compte plusieurs groupes de danse et de majorettes, en quête perpétuelle de nouveaux costumes et pouvoir susciter des vocations à des jeunes de la commune paraissait capital. 


      

J'ai donc débarqué sur l'île, chargée de tissus, de ciseaux, de rubans en tous genres et un maximum de motivation, pour transmettre tout ce que j'ai pu apprendre jusque là, et j'ai adoré ces échanges simples et enrichissants. L'atelier pour enfants a été particulièrement plaisant et j'espère avoir déclenché chez ces petiots l'amour de la couture. Lors de cet atelier, un petit reportage a été tourné par Martinique Nord TV, que vous pouvez visionner ICI

Séance de dédicace
J'avais également ramené, en avant-première, mon livre Couture urbaine, dont la sortie officielle est prévue pour le 27 janvier 2016. L'occasion d'aller une fois encore aux devants de "fans", fervents supporteurs depuis la diffusion de la saison 1 de Cousu Main. Le livre est d'ailleurs disponible dans les merceries Au Bonheur des Dames (Lamentin, Fort-de-France, Trinité et Sainte-Marie) et auprès des membres de l'A.C.L.J.


Le mercredi 30 décembre, c'était le "clou du spectacle". Mon tout premier défilé en solo. 


   

Beaucoup d'appréhension parce que revenir en Martinique, c'est une chose mais, présenter mon travail dans ma commune d'origine, devant des personnes plus ou moins proches qui m'ont vue grandir, c'était un sacré défi personnel. Je n'avais pas le droit à l'erreur. 


J'avais choisi le thème Héritage, telle une passerelle entre l'histoire et ce monde de modernité, une réinterprétation de grandes entités ancrées dans le patrimoine de l'île. 

      

Ainsi, j'ai puisé mon inspiration dans la femme poto mitan (femme forte, debout), la faune et la flore (bananier, cocotier, balisier, bakoua, mer), la marchande de pistaches (cacahuètes), les costumes et étoffes traditionnels (gran rob', madras, broderie anglaise)... 



J'ai bien cru ne jamais y arriver mais c'était sans compter sur l'incroyable investissement des petites mains de l'ombre (coucou Marie-Laure, Maryse, Régine...). Et le défilé s'est passé merveilleusement bien. 

   

   

Imprimé coquillages créé pour l'occasion

   



Je ne m'attendais pas à tout ce monde et j'ai été vraiment touchée qu'autant de personnes se soient déplacées pour voir mes créations. 

   


La soirée a également été animée par le groupe à pieds Difé an la ri a et le groupe de danse Krystal Kréol, fortement appréciés eux aussi. 
 

Niveau presse j'ai vraiment été gâtée. Je suis passée à la radio, dans le "8H-11H" de Fédérika sur Martinique Première. J'ai eu la chance de participer au Journal Télévisé d'ATV Martinique (en direct donc) pour parler de mon passage sur l'île ; le replay n'est plus disponible mais, au-delà du stress, je crois que je ne m'en suis pas trop mal sortie. Par ailleurs, France-Antilles a largement relayé mes activités comme en attestent ces coupures. 




Avant de vous laisser, j'en profite pour remercier chaleureusement les sponsors et les nombreuses personnes qui se sont investis dans cet événement : Toyota Lamentin, Ma Petite Mercerie, Au Bonheur des Dames, la Ville du Marigot, CAP Nord Martinique, la Région Martinique, la Pâtisserie THOBOR, les salons Design Coiffure (au Lorrain) et Jenny Coiffure (au Marigot), Carib'essence Marigot, les créatrices de bijoux Dominique MAJOR et Design' Créations, la maquilleuse Nathalie ANICET, les mannequins (Elsa, Mauriana, Sandrine, Séverine, Jessy, Mélody, Elodie, Marcus, Kévin, Laura, Marion, Clotilde, Jessica et Moëra) et bien-sûr tous les bénévoles de l'Association Culture et Loisirs des Jeunes du Marigot. 
Et un grand merci à ma maman <3

C'était une chouette aventure !!!
N.B.: d'Île en Île = de l'Île-de-France à l'île de la Martinique

2 oct. 2015

VIII - VIII


Il y a presqu'un an, Magali, la fiancée de mon pote Laurent (dont vous avez déjà aperçu plusieurs clichés ici) m'a gentiment demandé de réaliser les robes de son cortège. 


Comment résister franchement... 
Laurent est un ami de très longue date et c'était vraiment un plaisir de pouvoir contribuer à ma façon au déroulement du plus beau jour de sa vie. 
  

J'ai donc eu à habiller deux grandes demoiselles, quatre chipies et un pur beau gosse. 


Le modèle des petites était déjà tout trouvé, j'ai juste eu à m'appliquer pour me rapprocher au mieux de l'original. Le mariage se déroulant en Guadeloupe, j'ai opté pour un satin de coton (matière de prédilection) et un décolleté V boutonné dans le dos pour qu'elles n'aient pas trop chaud ; les pétales sont, eux, "emprisonnés" dans un tube de tulle souple. La ceinture bleue est réalisée dans du crêpe pour garder une certaine souplesse. 

 


Pour les grandes, ce fut un peu plus compliqué ; pas mal d'indécision mais après une séance intensive de Pinterest, elles ont réussi à se mettre d'accord sur une robe bustier. 


Réalisées dans le même crêpe que les ceintures précédentes, j'avoue que j'ai sué pour coudre ces robes. Crêpe magnifique mais tellement capricieux n'est-ce pas... Après avoir dégommé je ne sais combien de bombes d'amidon, j'ai tout de même gagné la partie. Pour le haut et la basque, j'ai utilisé des patrons de base issus de divers Burda ; et pour les jupes, j'ai fait du sur-mesure pour que le tombé soit parfait, d'autant plus que le tissu n'était pas extensible. 


Je crois savoir qu'elles étaient ravies du résultat, je me souviens même d'un "mais je suis trop bonne belle en fait" ah ah. 


En ce qui concerne le beau gosse trop choupinou, le fils des mariés, j'ai réalisé son petit gilet, toujours en crêpe, grâce à un patron Burda. 





Je ne vais pas coudre de crêpe avant un bon moment mais je suis vraiment contente du résultat et ravie de partager ces photos avec vous. 

Merci encore pour ta confiance Magali, et plein de bonheur à vous deux. 

Crédit photos (mariage) : Claire Leguillochet
Crédit photos (détails) : me